LOUIS XIV N’EST PAS LE BIENVENU EN BRETAGNE

LOUIS XIV N’EST PAS LE BIENVENU EN BRETAGNE

Incroyable jusqu’où peuvent aller se nicher les errements du jacobinisme à la française, en particulier quand il s’agit d’oeuvres d’art, ou supposées telles.

Figurez-vous en effet qu’est récemment paru, dans le très sérieux Journal Officiel de la République, un appel à mécénat émanant de l’Etat, afin de trouver un peu plus de deux millions d’euros (sic).

Objectif : racheter à un particulier une statue équestre en bronze de Louis XIV, exécutée aux alentours de 1690 par un sculpteur lyonnais.

Jusque là, rien d’anormal, direz-vous, sauf que cette statue, si elle est effectivement acquise auprès du collectionneur privé, sera placée…au Musée des Beaux-Arts de Rennes. Un projet salué par Guillaume Kazerouni, du-dit musée, qui affirme que l’oeuvre en question est « d’un intérêt patrimonial majeur. » Intérêt sur lequel, à Pour la Bretagne, nous estimons ne pas avoir à nous prononcer.

Un symbole politique fort….

Mais, en revanche, s’entendre dire que l’exécution de la statue en question procédait « d’une volonté du roi d’imposer une image centralisée de l’Etat dans les grandes villes de France » et que « l’érection de cette statue constituait (à l’époque, ndlr) un symbole politique fort », cela nous hérisse un peu les poils. Manière d’enfoncer encore un peu le clou, le même Guillaume Kazerouni insiste en nous disant  que « cet hommage au roi est un hommage à l’Etat. »

Reprenons vite notre souffle et rappelons donc brièvement à Guillaume Kazerouni que Louis XIV, pour assouvir sa soif de guerre, a envoyé des milliers de Bretons se faire tuer sur les fronts de l’est ou sur les mers, sans parler des impôts et taxes qui pleuvaient sans discontinuer afin de renflouer  les caisses toujours vides du royaume. Quel Breton n’a pas entendu parler de la révolte des Bonnets Rouges, en 1675, suite à la taxe sur le papier timbré, et de la répression sanguinaire que s’en est suivie ?

…mais pas en Bretagne :

Cette statue de Louis XIV n’a donc strictement rien à faire en Bretagne, hors de question d’accueillir chez nous l’image de ce tyran, fut-ce dans un musée. Et hors de question aussi de donner le moindre sou. Et ce, a fortiori, à un moment où notre propre patrimoine, à l’image de la cathédrale de Nantes, a besoin de subsides pour se relever de ses récents dommages.

Michel LE TALLEC

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *