11 novembre

Depuis quelques années, en Alsace-Moselle, certains maires – ils sont très peu nombreux – organisent, le 11 novembre, les traditionnelles commémorations de l’armistice mettant fin à la guerre de 14-18. Ce jour-là, ces maires rendent hommage aux 50 000 soldats alsaciens et mosellans tombés en défendant leur patrie d’alors, l’Allemagne.

Soucieuse d’amplifier ce très timide mouvement, une association vient d’envoyer une lettre aux maires des trois départements concernés, leur demandant “d’organiser dans leurs communes respectives une commémoration du 11 novembre digne, honnête et respectueuse de l’histoire.” Demande courageuse, qui irait complètement à l’encontre de la doxa rabâchée depuis un siècle par l’histoire officielle à la française, à savoir que les Alsaciens-Mosellans auraient été rétifs à servir dans l’armée allemande.

Des études historiques sérieuses seraient peut-être mener de ce côté-là. En Bretagne, bien sûr, la question ne s’est même pas posée en août 1914. La Bretagne étant territoire français, les Bretons étaient priés d’aller se faire hacher menu au nom de la défense de la patrie. Et pourtant…

Combien se sont fait tuer stupidement parce qu’is ne comprenaient pas les ordres qu’on leur donnait, puisqu’ils ne parlaient que le breton? Et quel mépris à leur encontre, à l’image du général Robert Georges Nivelle, commandant en chef des armées françaises en 1916-1917, lequel déclarait, aux soirs des assauts au Chemin des Dames, “mais qu’est que j’en ai consommé (sic), des Bretons aujourd’hui!” Alors, messieurs les maires de Bretagne, peut-être, en lieu et place des “Madelon, viens nous servir à boire!’ chanté en ce jour du 11 novembre, peut-être un mot, un petit mot, pour remettre certaines choses en place, en vous éloignant un peu des discours officiels et bien cadrés que vous êtes priés de prononcer ce jour-là.

Michel LE TALLEC

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *