DISTANCIATION SOCIALE EN MARTINIQUE : POUR L’ÉTAT FRANÇAIS, UN MÈTRE, C’EST CINQ ANANAS

DISTANCIATION SOCIALE EN MARTINIQUE : POUR L’ÉTAT FRANÇAIS, UN MÈTRE, C’EST CINQ ANANAS

Savez-vous comment les services de la préfecture de Martinique étalonnent le fameux mètre de distance à maintenir entre personnes, en cette période de crise sanitaire?     En nombre d’ananas!

Cinq, pour être précis.

Si, si, vous avez bien lu, et des illustrations reflétant cette consigne pour le moins ubuesque ont été diffusées sur les comptes Twitter et Facebook de la préfecture. Avant d’être rapidement retirées face au tollé suscité, et assorti d’excuses en bonne et due forme des services préfectoraux, au motif que ces «illustrations ont pu en heurter certains. »

Un comportement colonialiste

A Pour la Bretagne !, cette attitude surréaliste, à peine croyable, mais malheureusement vraie, nous conforte que l’Etat français continue, quelque soit les options politiques des différents gouvernements, à se comporter de manière coloniale, avec un mépris affiché envers les populations des outre-mer. Mais nous sommes inquiets.

Des crêpes et des binious !

Nous nous demandons en effet si l’étalonnage de la distanciation sociale ne va pas aussi prendre ces chemins tortueux et condescendants, chez nous en Bretagne. Du style quatre crêpes au beurre ou trois binious pour symboliser le fameux mètre.

Avec un Etat aussi peu respectueux des peuples, nous pouvons nous attendre à tout.

Michel LE TALLEC

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *